Aeon’s End : un nouveau style de deck Building

Aeon’s End est un jeu de deck building fantastique qui se déroule dans un univers médiéval. Conçu par Kevin Riley et illustré par Gong Studios et Scott Hartman. L’éditeur est Matagot. Les parties durent de une à deux heures. Elles s’adressent à un public à partir de 14 ans et on peut y jouer de un à quatre.

L’univers :

Aeon’s End vous plonge dans une ville, Gravehold, attaquée par des créatures monstrueuses, les Némésis. Vous allez incarner des mages qui feront tout pour essayer de la protéger au péril de leur vie. Ces Némésis n’arriveront pas seules, à leur tour de jeu des serviteurs viendront se joindre à leur maître pour l’aider à anéantir Gravehold. Arriverez-vous à sauver la ville ?

Un système original

Plus la peine de présenter les deck building, ils font partie du quotidien de tout joueur de jeu de société. De nombreux jeux se basent en effet sur ces jeux de cartes évolutifs. Mais  celui-ci diffère légèrement des autres. En règle générale, quand on a fini d’utiliser sa pioche, on mélange la défausse pour en constituer une nouvelle pioche. Avec Aeon’s End, on retourne juste la défausse sans la mélanger. Ce qui veut dire que quand vous allez jouer des cartes, et donc les poser face visible, il faudra bien réfléchir à l’ordre dans lequel les mettre à chaque tour. Pas de place au hasard cette fois-ci, mais plutôt à une stratégie qui sera parfois perturbée par les sorts des créatures.

Autre originalité, le tour de jeu. Chaque joueur va prendre un numéro de joueur et l’ordre des tours sera différent à chaque fois. Je m’explique : on va avoir des cartes avec le numéro des joueurs mélangées à deux cartes Nemesis. Ces dernières seront retournées pour donner l’ordre du tour, et à la fin de ce dernier, on mélangera toutes les cartes afin de faire un tour totalement différent. De ce fait, on ne saura jamais qui va jouer des joueurs et du boss.

Chacun leur tour, les joueurs devront donc choisir comment dépenser leur Ether, la monnaie du jeu. En effet, ils peuvent acheter des cartes améliorées (gemmes, reliques ou sorts), ou dépenser pour acheter des charges et ainsi pouvoir déclencher leur effet spécial. Dernier achat possible, ils peuvent stabiliser une faille, c’est à dire dépenser pour tourner un portail est avancer vers l’ouverture.

O​n notera une rejouabilité infinie pour Aeon’s End, du fait des différents personnes et monstres.​ Pour la première partie, les cartes sont classées afin de ne pas avoir à trouver les bonnes cartes parmi les nombreux paquets. Vite positionnées, vous attaquerez votre partie rapidement sans perdre de temps ni faire d’erreur. Une fois la première jouée, on comprendra vite comment préparer les suivantes, c’est assez simple une fois testé! Et le livret de règles est extrêmement précis, nous faisant gagner un temps fou.

Et en ce qui concerne le jeu en lui-même, s’il peut faire un peu peur au début du fait de tous ces paquets de cartes (il y en a 9 rien que pour le Marché), une fois le premier tour passé, on va aller très vite. La mécanique est simple mais efficace.

Verdict :

Aeon’s End est LE deck-building de cette rentrée chez MATAGOT. Basé sur un système original, il nous propose de jouer en équipe contre de viles créatures venues du fond des temps pour détruire la cité de Gravehold. Il va falloir coopérer à 100% pour espérer pouvoir remporter la partie. Tous les joueurs doivent être en harmonie et s’entendre pour les actions à effectuer. Le jeu est assez dur, et c’est ce qui en fait aussi sa force. Alors oubliez tous les autres jeux de cartes, celui-ci est différent. Mages contre créatures, qui l’emportera ? Pas un instant à perdre, l’essayer c’est l’adopter! On attend les extensions avec hâte maintenant…

Contenu de la boite de Base :

  • 1 livret de règles
  • 4 aides de jeu
  • 8 plateaux Joueur
  • 4 plateaux Némésis
  • 40 jetons de Vie
  • 21 jetons Charge
  • 10 jetons Puissance
  • 15 jetons Furie/Bogue
  • 2 cadrans Vie
  • 4 jetons Numéro du joueur
  • 87 cartes Gemme
  • 86 cartes Sort
  • 30 cartes Relique
  • 27 cartes Tirage aléatoire
  • 16 Brèches
  • 9 cartes Ordre du tour
  • 76 cartes Némésis