Échange avec Marc Lagroy auteur de Steamwatchers édité par Mythic Games

Quel est ton parcours professionnel ?

2 ans dans la pub, puis 10 ans dans la culture scientifique et maintenant auteur de jeux à mon compte pour des jeux grands-publics comme Steamwatchers et des serious games (avec Playtime), mais aussi game master en escape room… bref je nage dans un océan d’anglicismes ! 🙂

Comment as-tu découvert les jeux de société et comment cette passion à évoluer au fil des années ?

J’ai toujours eu une grosse appétence pour les jeux de stratégie, de conquête et de confrontation ! Sans surprise ça a commencé avec Risk, les dames, les échecs puis Britania, History of the world, Civilisation, puis Stratego, Dune, et enfin et surtout, Eric M. Lang, Christian T. Petersen et le Backgamon!

Qu’est ce qui t’a amené vers le game design ?

Steamwatchers ! C’est finalement mon premier essai… C’est assez fou ! Ce que je fais depuis longtemps cependant, c’est créer des univers originaux. Ce premier exercice de game design est donc né le jour où j’ai compris que je pouvais utiliser les éléments contextuels et contraignant d’un univers pour adapter et rendre vivantes des mécaniques de jeu existantes.

Comment est né l’idée de Steamwatchers, thème et gameplay ?

En y pensant, c’est une belle aventure humaine qui illustre bien que derrière un jeu, il n’y pas qu’un auteur ! Ça commence aux Trois 8, le bar des mes 2 potes Julien et Philippe. Philippe me parle du film Into Eternity de Michael Madsen qui documente le stockage à très long terme de déchets radioactifs à 500 mètres de profondeur en Finlande. Ce film propose un angle de réflexion fascinant sur la question de l’héritage laissé aux générations futures, celles qui découvriront peut-être ces sites dans 100 000 ans. Comment s’assurer qu’elles en resteront éloignées ? Cette œuvre entre en résonance avec mes propres convictions sur le sujet, je décide donc de me lancer dans un roman de science-fiction dans lequel les déchets radioactifs enterrés aujourd’hui auront un rôle central dans le futur.

Par manque de temps, je mets ce projet de côté. Un soir, après une partie de Chaos dans le vieux monde (je crois), je me dis que l’univers que j’ai créé pourrait parfaitement constituer la base d’un jeu de conquête… ça s’appelle alors « la conquête des fermes » !

Je me mets doucement au travail en piochant des mécaniques dans mes jeux préférés. En jouant à Steamwatchers on se rend d’ailleurs assez vite compte de l’aspect anthologique du jeu : il y a des références à de nombreux jeux de stratégie ! A ce moment là, je crée le jeu pour moi, sans oser imaginer qu’il sera joué au delà de mon cercle de proches. Je centre d’emblée le jeu autour de deux axes forts : je veux qu’il soit (presque) aussi intense et intéressant à jouer que l’on soit 2 ou 5 joueurs. Je veux également que les parties soient nerveuses et vivantes. Je souhaite inciter au mouvement et limiter l’intérêt des stratégies attentistes.

A cet instant, on est encore loin du résultat escompté, et je passe du temps à abandonner puis reprendre le projet. J’ai un copain qui y croit et avec qui on commence à travailler, Fred. Un copain qui part trop vite. Le jour de son enterrement, je me promets de finir le jeu. Mais, au moins une dizaine de fois je tente de renier cette promesse. C’est à ce moment que 2 personnes vont jouer un rôle décisif. 2 personnes qui vont accompagner le jeu jusqu’à la fin : Greg mon pote dessinateur et Justine ma copine. Et si finalement le jeu voit le jour,  c’est parce qu’ils se sont énormément investis : dans le dessin du proto (avec les aquarelles magnifiques de Greg), dans les multiples play-test et dans l’amélioration des règles. C’est eux, accompagnés de très nombreux play-testeurs (copains, famille, assos, festivaliers et, plus tard, notre association d’auteurs marseillais la FAM ), qui m’ont finalement donné confiance et m’ont laissé croire que oui, ce jeu avait quelque chose de sincèrement original et qu’il pourrait séduire plus loin que mon cercle de proches !

Peux-tu m’en dire plus sur le gameplay et le thème ?

Steamwatchers c’est un jeu de conquête et de contrôle de territoires que l’on pourrait qualifier de 3X :  eXpand, eXploit, eXterminate. La ressource à exploiter et pour laquelle les clans se battent, c’est la chaleur souterraine (une chaleur née de la fusion de vous savez quoi si vous avez lu le début du pavé en réponse à la question précédente !).

On pourrait résumer le jeu ainsi : en Europe dans plusieurs siècles, il fait très très très froid. Les mers sont figées et le sol est partout recouvert d’une épaisse couche de permafrost rendant l’agriculture impossible. A l’écart des quelques villes tenues par la puissante Guilde des Carréneurs, seuls 6 peuples nomades survivent, grâce à l’apparition soudaine et mystérieuse d’immenses colonnes de vapeur. Ces colonnes annoncent des réchauffements sous-terrains soudains et très localisés. A ces endroits la glace fond et l’agriculture est rendu possible… mais, au contact de ces vapeurs, les humains contractent une maladie lente et douloureuse. Le but du jeu c’est d’envoyer vos troupes contrôler le plus grand nombre de colonnes de vapeur, et d’y construire des fermes pour exploiter leur chaleur résiduelle. Plus vous contrôlez de ressources géothermiques plus vous pouvez nourrir de soldats et vous approcher de la victoire… mais plus vous contaminez votre armée et plus elle est faible et limitée. Par ailleurs, les colonnes baissent d’intensité (et donc d’intérêt) à chaque tour, obligeant ainsi les joueurs à constamment se déplacer.

Combien de joueurs/joueuses, âge et durée de partie ?

2 à 5 joueurs pas trop innocents ! Une fois les règles bien assimilées, il faut compter environ 30 minutes par tour de jeu. Selon le scénario choisi on joue entre 3 et 6 tours.

Peux-tu nous raconter ta 1ère rencontre avec Mythic Games comment / avec qui, nous voulons tout savoir 🙂 ?

Le contact s’est fait il y a juste un an au FIJ de Cannes. Je faisais jouer le jeu au Off, dans l’optique de le faire connaitre pour une future campagne Kickstarter que je comptais lancer avec Nico, un copain. Un matin, dans les allées du festival, je croise un joueur ayant testé le jeu la veille au soir et qui me suggère de présenter Steamwatchers à Mythic Games. Il croit savoir qu’ils recherchent un jeu de ce type. Je tente le coup. Je reçois un accueil super chaleureux et engageant de David. 2 semaines plus tard, je suis invité à le faire tester au siège parisien de Mythic Games. Là encore, la chance est avec moi, puisque c’est Léonidas qui gagne ! :-)… et voilà !

Le jeu a-t-il beaucoup changé/évolué entre la présentation à Mythic Games et la version Kickstarter ?

Avec l’équipe de passionnés de Mythic Games, le jeu a été poussé dans ses retranchements, notamment en termes d’ergonomie et de gameplay. Aujourd’hui, le jeu est à la fois plus épuré et plus riche car nettement plus centré vers l’univers. Avec le travail incroyable de Stéphane, le jeu est maintenant plus accessible, plus profond, et plus rejouable encore. En parallèle, avec Mathieu et Laurent, l’univers s’est aussi énormément enrichi, sans jamais avoir été corrompu ! A titre personnel je suis incroyablement satisfait du résultat final, d’autant que ni l’esprit du jeu, ni l’esprit de l’univers n’ont été malmenés… au contraire !

Quand démarre la campagne et combien de temps va-t-elle durer? Aurais-tu une estimation du prix ?

Le 3 mars à 17h pour une campagne de 10 jours sur la plateforme Kickstarter. De belles surprises et des révélations liées à l’univers seront dévoilées tout au long de la campagne.
Une estimation prix (au conditionnel) : 89 dollars le pledge de base et 169 dollars le All-in incluant 3 extensions + playmat néoprène.

Marc, merci pour tous tes réponses et ton temps, je vous dis, à toi et toute l’équipe, M…. pour cette campagne qui s’annonce d’ores et déjà prometteuse. A suivre !!!

Pour ma part j’ai pu y jouer à Cannes lors du Festival International du Jeux, certes sur un le proto mais quel proto mes amis/amies, une map à couper le souffle on imagine déjà une version en 3D :-). Certes il y a de la règles mais le jeu est facile à prendre en main dès les premiers tours. Ci-dessous le prototype avec Standees mais il y aura des figurines (Cf. 2ème photo ci-dessous).

Belles parties à toutes et tous !!!

Article de Benjamin Guimbert

Plus d'articles
Fabulia jeu
Test de Fabulia de Marie et Wilfried Fort chez Lifestyle Boardgames